Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Année Sainte Geneviève à St Léon | Coup de main à la paroisse ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 25 novembre.

Edito du dimanche 25 novembre.

CHRIST ROI DE L’UNIVERS.
La royauté d’être ce que je suis
Pourquoi l’Eglise dit que Jésus est roi ? C’est lui-même qui nous donne la réponse, au sein du dialogue avec Pilate,

en liant sa royauté à sa venue dans le monde, dont, le but est, dit-il, de « rendre témoignage à la Vérité » (Jn 18,37). Et Pilate de lui répondre : « Qu’est-ce que la vérité ? » Benoît XVI dénonce souvent que, comme le gouverneur romain de l’époque, la plupart de nos contemporains pensent qu’il n’y a pas de vérité absolue, que tout est relatif, donc que chacun peut avoir sa vérité à lui. Mais qui dit « vérité » dit « réalité » : si l’on nie l’existence d’une vérité absolue, on nie la réalité. Chacun se fabriquera sa réalité à lui.
Ce n’est donc pas étonnant qu’aujourd’hui soit mise en discussion la réalité fondatrice de la vie humaine : la différence homme-femme. Si on ne se sent ni homme ni femme, si on n’accepte pas sa propre sexualité, donc sa propre identité, quoi de mieux, pour éviter tout embarras, d’étendre le mariage – qui a toujours été l’institution qui scelle l’union homme-femme - à d’autres relations (homme-homme… femme–femme… et après… ?), pour lui faire perdre toute signification ? Et finalement, « je serai » comme les autres ! Vraiment, je serai comme les autres ?!?

En effet, si on met en discussion la réalité fondatrice de la vie humaine, c’est l’humanité elle-même qu’on met en discussion. Est-ce qu’il s’agit d’un service qu’on va rendre à cette même humanité ? Et, avec elle, à nos enfants ? Ou, plutôt, au-delà des calculs électoraux - qui, sous la pression d’un lobby puissant et argenté, épousent l’opinion de la majorité - il n’est pas nécessaire, plutôt, d’aider l’être humain à assumer ce qu’il est, y compris les doutes sur sa propre identité ?

C’est pour cela que la Vérité à laquelle Jésus est venu rendre témoignage est précieuse. De quoi s’agit-il ? Cette vérité, qui est la seule vérité, c’est la vérité sur Dieu et sur l’homme .
La Vérité sur Dieu, c’est l’Amour infini que Jésus a témoigné sur la croix, en pardonnant à ses ennemis. C’est pourquoi sur la croix il a été roi ! Parce qu’il a eu le pouvoir le plus grand qui existe : continuer à aimer ceux qui étaient en train de le tuer. Quelqu’un qui fait ça, peut tout pardonner, et tout accepter ! Même les traits de notre personnalité que nous
- mêmes n’acceptons pas !

La Vérité sur l’homme, c’est la vérité sur nous-même, et nous pouvons la découvrir grâce à l’amour que Jésus a manifesté sur la Croix. C’est aussi de cette Vérité dont Jésus a parlé à son dernier repas avec les disciples, en disant : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter à présent. Mais quand il viendra, lui, l’Esprit de Vérité, il vous guidera dans la Vérité toute entière » (Jn 16,12-13). Cette Vérité sur nous-mêmes ne peut être découverte et assumée que grâce à l’autre volet de la même Vérité : l’Amour du Christ qui m’accepte tel que je suis. Recevoir cet Amour me permet de m’acheminer sur une voie d’acceptation de moi-même, y compris de mes problèmes avec ma sexualité. À la différence de ce que l’opinion commune pense (même chez beaucoup de personnes qui fréquentent l’église), c’est là que Dieu pourra me rencontrer, et me faire réconcilier avec mon plus grand ennemi : moi-même. Je ne chercherai plus à être comme les autres, en faisant ce que les autres font, tout en voulant être différent. Je serai roi de ma réalité.

Giuseppe Franco, administrateur paroissial

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011