Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Bénévolez-vous en 2019 | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 2 décembre 2012

Edito du dimanche 2 décembre 2012

La foi proclamée

C’est la semaine prochaine que, dans notre parcours sur la foi, nous réfléchirons au baptême, porte de la foi théologale. Que se passe-t-il donc avant le baptême ?

Dieu a créé l’homme, tout homme, pour qu’il puisse le connaître et partager sa propre gloire. Voilà pourquoi, dans l’acte créateur, Dieu a mis en l’homme le désir de Dieu. C’est ce que l’on pourrait appeler la « foi naturelle ». Cette foi « innée » met en route l’intelligence et la liberté de l’homme qui ne peut pas ne pas « répondre » à ce désir naturel de Dieu.
Ce don de Dieu, ce désir naturel ne peut être comblé que par Dieu lui-même, mais avec le concours de la liberté de l’homme qui répond en proclamant « je crois ». Alors il est en mesure de recevoir un don beaucoup plus grand : la foi baptismale.
Je viens de décrire le cheminement des catéchumènes. Pour pouvoir passer de la « foi naturelle », innée, à l’acte de foi, libre, l’homme a besoin d’un pédagogue, et ce pédagogue, c’est justement la foi proclamée, par l’Eglise et par chaque chrétien en particulier.
Ce qui fonde la mission de l’Eglise, c’est que tout homme, à cause du don initial de Dieu, dans son acte créateur, est comme préparé, malgré lui, à dire « cette parole que l’on m’annonce, c’est celle que j’attendais ».
Alors le verset du Deutéronome « La Parole est près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton coeur », devient lumineux.
Il nous faut croire pour comprendre et comprendre pour croire. Le don initial de Dieu nous invite à comprendre personnellement la parole qui nous est annoncée, pour que, librement, nous décidions de croire. Et cette décision libre de croire nous introduit dans une plus grande compréhension de la parole qui nous est annoncée. Je viens de décrire le cheminement de foi du baptisé.
Cette première étape est donc pour nous l’occasion d’une relecture de notre vie de foi. L’occasion de rendre grâce pour tout ce qui nous a été annoncé. L’occasion de renouveler le désir d’être enseigné. Elle peut être aussi l’occasion de découvrir qu’il est nécessaire de nous convertir chaque jour : la foi ne peut que croître, ou s’étioler. Cela dépend du travail de notre intelligence pour connaître la vérité, et de notre volonté de croire, mue par l’amour.
Elle peut être enfin l’occasion de prendre la décision d’annoncer le message de foi, en Eglise, là où nous sommes, en sachant que c’est difficile et risqué.
Plus j’annonce Jésus-Christ et plus je crois en lui.

La meilleure façon de perdre la foi, c’est de ne pas annoncer Jésus-Christ.
Bonne première semaine de parcours !

Jean Villeminot, diacre permanent

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011