Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Année Sainte Geneviève à St Léon | Coup de main à la paroisse ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 9 février 2014

Edito du dimanche 9 février 2014

« Vous êtes le sel de terre » Il peut nous arriver parfois de nous demander ce que la foi au Christ apporte à nos vies. La foi nous donne le goût de Dieu,

elle nous révèle la valeur de nos vies ; elle nous en fait saisir de l’intérieur la pleine saveur. Unis à Jésus, notre vie prend tout son sens, dans toutes ses dimensions, et nous comprenons que tout a un sens, même les épreuves et les persécutions. C’est cette « saveur » que nous sommes appelés à donner au monde par notre vie.

Dans une lettre adressée à Diognète, un chrétien répond à la question que des intellectuels païens, au 2 ème siècle, renvoyaient aux chrétiens : en quoi se distinguent-ils du reste des hommes ? De la même manière que l’âme fait vivre le corps, de même les chrétiens font vivre le monde et lui donnent son sens. Mais « si le sel se dénature, il n’est plus bon à rien qu’à être jeté dehors. » Jésus nous demande de ne pas nous affadir. Car si nous perdions le goût et le sens de Dieu, nous ne serions plus bons à rien ; nos vies seraient insensées, le monde nous semblerait absurde et nous n’en serions plus l’âme. Que serait un chrétien qui n’ambitionnerait plus d’être le sel de la terre ? Un chrétien qui aurait cessé de vivre selon l’esprit de l’Évangile ; qui aurait adopté les maximes du monde, ses slogans, ses façons de penser au point de s’y conformer totalement ; ce chrétien n’aurait plus d’utilité.

« Vous êtes le sel de la terre. » Alors nous pouvons, là où nous sommes, modestement, à notre mesure, apporter quelque chose de plus, ou plutôt quelqu’un : le Christ. Les journées d’amitié sont l’occasion de rencontrer de nombreux habitants du quartier. « Que nos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, nous saurons ainsi répondre à chacun comme il faut » (Col 4,6).
Mathias Sütterlin, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011