Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Bénévolez-vous en 2019 | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 13 avril 2014

Edito du dimanche 13 avril 2014

- Dimanche des Rameaux et de la Passion
BOULEVERSEMENT Quand Jésus entre à Jérusalem, saint Matthieu note que la ville est “bouleversée”. Le verbe grec qu’il utilise donnera le terme “séisme” en français. Ce verbe revient à la mort du Seigneur : « la terre est “bouleversée” »

nous dit l’évangéliste (27,51). Puis devant la vision de l’ange qui vient rouler la pierre du tombeau, Matthieu nous précise que « les gardiens sont “bouleversés” » (28,4). La ville, la terre, les hommes sont bouleversés par le mystère pascal. La venue au milieu des hommes de Dieu qui s’est fait homme, l’incompréhensible mort de Celui-là, et sa surprenante résurrection d’entre les morts bouleversent tout. Rien ne sera plus jamais comme avant. L’amour a signé son engagement définitif. « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15,13). Dieu lui-même s’est engagé là, définitivement, détruisant la puissance de la mort, nous délivrant de nos péchés et nous ouvrant le chemin de la vie. La venue de Jésus provoque toujours un bouleversement. Moi qui me tiens là avec ces rameaux à la main pour acclamer « Celui qui vient au nom du seigneur », moi qui chante « Hosanna au Fils de David », c’est-àdire « De grâce, sauve-nous, toi, le Fils de David ! », quel bouleversement suis-je prêt à vivre de la part du Seigneur Jésus ? Si ma vie est à l’envers, totalement ou un petit peu, quel désir m’habite qu’il la mette à l’endroit… ? Mais je ne suis pas seul devant cette question. La communauté de l’Église — ma paroisse entre autres — est le lieu d’un encouragement mutuel et réciproque. J’y reçois des frères et des sœurs qui me témoignent des merveilles que le Seigneur a fait pour eux. Alors, pourquoi craindrais-je le bouleversement de Jésus ? Sainte fête de Pâques !
’Père Emmanuel Schwab, curé}

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011