Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 15 février 2015

Edito du dimanche 15 février 2015

_

COMME L’OASIS DANS UN DESERT

Les lectures de ce dimanche ont de quoi surprendre.
En effet les principaux acteurs des récits nous parlent à cœur ouvert. C’est d’abord Job dans la première lecture qui nous livre ses réflexions sur son cheminement terrestre. Job nous dit tout. En parlant de la vie,il déclare : « Vraiment la vie de l’homme sur la terre est une corvée » (Job 7,4). Il n’y a pas de doute que cet homme a traversé des moments difficiles, et que l’avenir ne lui présage pas quelque chose de vraiment rassurant.
Dans la 2 ème lecture tirée de la 1 ère Lettre aux Corinthiens, on entend l’apôtre Paul s’émouvoir de ce qui lui arrive personnellement : « Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile »(1Co 9,16).
L’un et l’autre de ces personnages attend de l’aide, du réconfort. Le premier pour se remettre à flot aprèstant de malheurs qui ont failli le faire sombrer définitivement, et le second des ressources spirituelles pour pouvoir aller jusqu’au bout de son engagement pour la mission. Ils ont tous vécu une sorte de traversée du désert. Une traversée du désert voilà aussi ce qu’ont connu tous ces hommes et femmes qui viennent à Jésus pour trouver la délivrance comme le rapporte l’évangile (Mc 1,29-39). Le Christ pour eux est comme l’oasis dans un désert. Il est la source de toute vie. La bellemère de Simon l’a bien compris ; malade, elle a su prendre la main que Jésus lui a tendue et a pu se relever. D’autres malades ont fait de même : « La ville entière se pressait à la porte ». Comme des êtres assoiffés dans le désert ils ont cherché le chemin de l’oasis.
Si parfois notre cheminement terrestre traverse le désert de la soif, n’oublions pas que quelque part se trouve l’oasis. Il nous faut juste chercher le chemin.

Père Joseph DEMBELE

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011