Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « EDITO DU DIMANCHE 8 MARS 2015

EDITO DU DIMANCHE 8 MARS 2015

La colère de Jésus
L’Église nous offre en ce dimanche le récit évangélique des marchands chassés du Temple. Comme tout
homme, Jésus a des passions, des mouvements de la
sensibilité. Mais Il ne laisse pas Sa raison être dominée
par elles. Jésus maîtrise parfaitement Sa colère. Il
prend le temps de faire un fouet avec des cordes. Il ne
frappe pas les cages de colombes, sinon celles-ci se
seraient envolées. Son geste annonce l’accomplissement de la prophétie de Zacharie, dernier rouleau
de la bible juive : « Il n’y aura plus de marchand dans la
Maison du Seigneur de l’univers, en ce jour-là » (Za14,
21).
Par le baptême, nous sommes devenus la Maison
du Seigneur, le Temple de Dieu. La Trinité a fait en
nous Sa demeure. Mourir au péché et vivre pour Dieu,
tel est notre programme de sainteté que nous sommes
appelés à redécouvrir particulièrement pendant le Carême. « La volonté de Dieu, c’est que vous viviez dans
la sainteté, en vous abstenant de la débauche, et en
veillant chacun à rester maître de son corps dans un
esprit de sainteté et de respect, sans vous laisser entraîner par la convoitise comme font les païens qui ne
connaissent pas Dieu » (1 Th4, 3-5).
Saint Thomas d’Aquin écrit : « Il appartient à la
perfection du bien moral ou humain que les passions
soient réglées par la raison » (ST II-II, 24, 3). Dans le
domaine de l’éducation, saint Jean Bosco nous donne
ce conseil : « Il est toujours plus facile de s’irriter que
de patienter, de menacer un enfant, que de le persuader ! Je dirai même qu’il est plus facile, pour notre impatience et pour notre orgueil, de châtier les récalcitrants que de les corriger, en les supportant avec fermeté et douceur. (…) Écartez tout ce qui pourrait faire
croire qu’on agit sous l’effet de la passion. Il est difficile,
quand on punit, de conserver le calme nécessaire pour
qu’on ne s’imagine pas que nous agissons pour montrer notre autorité ou pour décharger notre emportement. »
Mathias Sütterlin, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011