Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Bénévolez-vous en 2019 | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 6 septembre 2015.

Edito du dimanche 6 septembre 2015.

« Un sourd qui avait aussi
de la difficulté à parler. » (Mc 7, 32)
« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était
auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. » (Jn 1, 1) Le
prologue de l’Évangile selon saint Jean nous enseigne
que la première Parole, la Parole originelle, celle qui a
fait toutes choses et finalement la seule qui compte
vraiment, c’est le Christ. Ce lien fondamental entre
Parole et Dieu explique pourquoi la surdité physique
dans la Bible est d’abord l’image de la surdité à la Parole de Dieu, au Seigneur qui nous parle aujourd’hui.
Le vrai disciple, le sage, c’est celui qui écoute la Parole
et la met en pratique, c’est l’engagement qu’a pris le
peuple de Dieu au moment de la conclusion de
l’Alliance au Sinaï : « Tout ce que le Seigneur a dit,
nous le mettrons en pratique, nous y obéirons. » (Ex
24, 7) C’est pourquoi, le roi Salomon, qui est la plus
belle figure de la Sagesse dans l’Ancien Testament fait
cette demande au Seigneur au début de son règne :
« Donne à ton serviteur un cœur qui écoute. » (1R 3, 9)
L’Évangile de ce dimanche nous révèle que la surdité à
la Parole de Dieu entraîne une difficulté à parler. Le
Seigneur Jésus, en pays païen, rencontre des personnes qui n’ont pas entendu la Révélation divine.
Quelque chose a déjà été implanté dans leur cœur :
« les semences du Verbe » (Concile Vatican II) mais
cela ne leur permet pas de parler correctement, d’aller
jusqu’à la confession du Christ ; il reste « de la difficulté
à parler ». Pour cela, il faut la guérison apportée par le
Christ qui par ses gestes annonce le baptême. L’enjeu
n’est pas mince car « Celui qui proclame que Jésus est
le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. »
(1Jn 4, 15)
Père Manuel Teixeira, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011