Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du Dimanche 6 mars 2016

Edito du Dimanche 6 mars 2016

Le cycle de l’amour

Le fils s’en va. Il se coupe du Père, il brise la relation d’amour entre le Père et lui, nous dirions aujourd’hui : il pèche.
Le fils revient, il pense que son Père ne peut plus l’aimer, mais qu’il peut le traiter comme un homme.
Le Père l’accueille et, sans le laisser parler, lui montre qu’il l’aime toujours. La relation d’amour est rétablie : le cycle est fermé. Nous dirions aujourd’hui : le fils est pardonné.

Cet évangile nous apprend deux choses :
- Le père pardonne de manière gratuite, sans autre condition que le retour, et encore, le Père a fait une partie du chemin : « il courut se jeter à son cou ». Pas d’humiliation, pas de réparation, pas de pénitence.
- Il nous est demandé de pardonner à notre tour comme le Père : rétablir, je dirais à tout prix, la relation d’amour, de manière gratuite, sans réparation ni pénitence, sans condition, si ce n’est que l’autre soit en mesure d’accueillir cette relation d’amour, quitte à ce que nous fassions une partie du travail pour que cet accueil soit possible.

Cet évangile nous permet aussi de mieux comprendre pourquoi, dans la prière qu’Il nous a enseignée, le Christ met sur un même niveau le pain quotidien et le pardon : tous les deux sont des nécessités vitales.
.
On peut noter que le pardon n’exclut pas la justice. Tout ce qui est au Père est maintenant au fils aîné, et le pardon n’y change rien. Justice des hommes et pardon ne sont pas sur un même plan, le pardon est du domaine de l’amour, et l’amour est du domaine du non-droit. C’est ce que le fils aîné n’arrive pas à comprendre, lui qui raisonne en droit et non en amour.

François Villeminot, diacre

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011