Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Bénévolez-vous en 2019 | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 27 Mars 2016

Edito du dimanche 27 Mars 2016

Retour ligne automatique
Sainte fête de Pâques

La douloureuse victoire définitive
Depuis une semaine, depuis le dimanche des
Rameaux et de la Passion du Seigneur, nous avons
suivi le Christ Jésus avançant courageusement et
librement vers sa mort. Aujourd’hui, nous célébrons
avec éclat sa Résurrection. Mais ces fêtes ne se
chassent pas l’une l’autre ! Comment cette grande
solennité pascale pourrait nous faire oublier la
douloureuse Passion ?
Comme disciples du Christ, nous devons sans cesse
être dans nos vies des disciples de Jésus mort et
ressuscité. Nous ne pouvons pas rêver d’un monde
d’où serait absent le mal, la souffrance et la mort. « 
serviteur n’est pas plus grand que son maître. » (Jn
13,16) Même la bienheureuse Vierge Marie, bien que
conçue sans péché, n’a pas échappé à la souffrance :
« et toi, ton âme sera traversée d’un glaive. » (Lc 2,35)
Comme disciples du Christ, nous ne pouvons pas rêver
d’une restauration de ce monde en ce monde et en ce
temps. Le Christ Jésus, après sa résurrection porte
encore les plaies de sa Passion et il ne revient pas
pour recommencer sa vie mais pour nous ouvrir les
portes du ciel auquel il appartient déjà.
N’ayons donc pas peur d’affronter chaque jour les
épreuves de cette vie. Elles ne manquent pas ! Mais
c’est ainsi que nous participons à la Passion du Christ
pour avoir part à sa Résurrection. Ainsi l’a voulu le
Seigneur dans sa bonté : il ne nous a pas sauvés
malgré nous ou sans nous, il a voulu nous donner cette
grâce de pouvoir contribuer au salut du monde entier
en nous portant en son corps supplicié et offert à
chaque messe. Que chaque communion soit pour nous
une véritable union à sa douloureuse victoire définitive.
Père Manuel Teixeira, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011