Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Année Sainte Geneviève à St Léon | Coup de main à la paroisse ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 10 avril 2016

Edito du dimanche 10 avril 2016

Dimanche 10 avril 2016

3ème dimanche de Pâques

C‘était la troisième fois…
C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les
morts se manifestait à ses disciples.
La première manifestation : les apôtres sont enfermés
au Cénacle, ils ont peur. Lorsque nous sommes
enfermés dans notre péché, dans notre solitude, dans
notre souffrance, alors le Christ ressuscité est là qui
nous apporte la paix !
La deuxième manifestation : Thomas ne veut pas croire
ce que sa raison lui montre comme impossible, Christ
est là pour lui dire, pour nous dire que notre foi est
basée sur le témoignage d’autres, et donc, qu’à notre
tour nous devons être témoins. Christ montre aussi que
la raison ne peut nous conduire à la foi, mais que la
raison peut nous aider à approfondir notre foi, comme
Marie qui, s’étonnant de tout ce qu’elle entendait à
propos de Jésus, gardait tout cela dans son cœur.
La troisième manifestation : le Christ nous rencontre
sur le bord du lac de Tibériade, autrement dit chez
nous, à Paris, dans nos familles, sur notre lieu de
travail, sur nos lieux de vie. Le Christ nous
accompagne au jour le jour, en permanence. Sans lui
nous sommes perdus, stériles, il rend nos actions
fécondes, et avec lui toutes nos actions concourent à
l’unité, le filet ne se déchire pas. Alors, si nous sommes
attentifs à sa présence, il se ceindra la ceinture, nous
fera mettre à table, et passant de l’un à l’autre, il nous
servira.
Ainsi vivre du Ressuscité, c’est vivre à côté de lui, et le
reconnaitre dans tous les signes qu’il nous donne à
voir, en particulier le reconnaître dans celui qui a faim,
qui a soif… ; cela n’est pas toujours très facile, mais
nous avons maintenant la certitude que sa présence
est réelle et concrète à nos côtés, en particulier au
moment où tout nous parait noir.
François Villeminot, diacre permanent

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011