Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
À noter
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du Dimanche 11 septembre 2016

Edito du Dimanche 11 septembre 2016

RENONCER À TOUT…
MAIS PAS N’IMPORTE COMMENT !...

Les dimanches précédents, le Seigneur Jésus, à travers les évangiles, nous invitait à choisir la dernière
place et à renoncer à tout ce qui nous appartient. Ces
perspectives n’ont pour beaucoup d’entre nous rien de
réjouissant… Mais puisque c’est le Seigneur qui le dit,
nous voulons cependant l’entendre et chercher comment y parvenir.
Les paraboles de ce dimanche peuvent nous éclairer.
La brebis qui s’est carapatée du troupeau pour aller se
perdre se retrouve à une dernière place… mais est-ce
la bonne ?
Le fils prodigue a renoncé à tout ce qui lui appartient,
puisqu’il a « dilapidé sa fortune en menant une vie de
désordre ». Il n’a donc plus rien. Mais est-ce la bonne
méthode ?
Le fils ainé, lui, semble avoir tout gardé, mais en fait il
n’a rien non plus, puisqu’il n’a jamais eu « un chevreau
pour festoyer avec ses amis ». Je veux dire que sa
vision du père l’a comme dépossédé de sa part
puisqu’il n’a pas compris que tout ce qui est au père
était à lui… Il n’ose pas prendre, ni demander, il envie… et finit par jalouser.
Comment faire alors ? Le dialogue du père avec le fils
ainé nous met sur la voie : « Toi, mon enfant, tu es
toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. »
La dépossession que Jésus nous invite à vivre a comme
objet de nous ouvrir les mains et le cœur pour pouvoir
tout recevoir de la main de notre Père des cieux. Renoncer à garder pour recevoir ce qui est donné.
Quant à la dernière place, la brebis perdue comme le
fils cadet l’ont bien fréquentée. Il ne s’agit pas de nous
y rendre, à cette dernière place. Mais il s’agit de reconnaître que nous y sommes par nos péchés !
Alors, en bêlant dans la prière comme la brebis perdue,
nous pourrons guider vers nous le Bon pasteur. Ou
bien, avec l’enfant prodigue, nous pourrons dire : « Oui,
je me lèverai, et j’airai vers mon Père ! »
Père Emmanuel Schwab, curé

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011