Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Année Sainte Geneviève à St Léon | Coup de main à la paroisse ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 25 septembre 2016

Edito du dimanche 25 septembre 2016

De l’homme riche au pauvre Lazare !

« Si les choses, l’argent, la mondanité deviennent le
centre de la vie, ils nous saisissent, ils nous possèdent
et nous perdons notre identité-même d’êtres humains :
écoutez bien, le riche de l’Évangile n’a pas de nom, il
est simplement « un riche ». Les choses, ce qu’il
possède sont son visage, il n’en a pas d’autres » (pape
François).
Dans la parabole que l’Église nous offre en ce
dimanche, l’homme riche n’a pas de nom. En
revanche, le pauvre s’appelle Lazare, qui signifie
« Dieu a secouru ».
Dieu nous invite à reconnaître que nous sommes
l’homme riche, afin que nous devenions Lazare,
puisque Dieu vient à notre secours, en nous comblant
de Sa richesse dès notre vie ici-bas. Nous passerons
alors de la fausse richesse à la pauvreté de celui qui
attend tout de Dieu, et de la pauvreté à la vraie
richesse qui est le Christ parmi nous.

Jésus-Christ S’est fait pauvre, Lui qui était riche, pour
qu’en Sa pauvreté vous trouviez la richesse. En
d’autres termes, Il a pris notre humanité pour nous unir
à Sa divinité. La seule richesse qui puisse nous
combler, c’est la participation à la vie divine, et pour
l’obtenir, nous devons devenir le pauvre Lazare.
Couché devant le portail, il est couvert de plaies et ces
plaies figurent nos péchés.

Mais si nous accueillons le salut de Dieu, si nous nous
mettons à Son écoute, nous pouvons alors aimer Dieu
et notre prochain, vivre chaque instant dans la
présence de Dieu et nous montrer attentifs aux besoins
des pauvres.
Mathias SÜTTERLIN, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011