Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
À noter
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 8 Octobre 2017 DIEU ET SA...

Edito du dimanche 8 Octobre 2017 DIEU ET SA...

Edito du dimanche 8 Octobre 2017
DIEU ET SA VIGNE

Nous sommes en période de vendange ; et voilà
maintenant trois dimanches consécutifs que la liturgie
nous parle de la vigne. Cette image, dans la Bible, est
utilisée pour désigner le royaume de Dieu.
En effet, les relations du vigneron avec sa vigne sont
proches de celles de Dieu pour son peuple (Israël).
C’est Isaïe qui nous le dit dans la première lecture. Il
nous en parle comme d’un amour vraiment viscéral.
Mais cet amour viscéral de Dieu est déçu. Malgré tous
les soins de Dieu pour son peuple, ce dernier ne porte
pas les fruits qu’il devrait. Dieu attendait le droit et la
justice. Or, il constate malheureusement que son
peuple ne produit qu’iniquité et détresse.
Jésus, en utilisant cette symbolique de la vigne, dans
un langage codé bien sûr, ne vise pas un jugement
(cf. Jn 12,47), mais bien plus un appel à la conversion.
En écoutant l’évangile de ce dimanche, nous risquons
de penser qu’il ne nous concerne pas, que cette
parabole est datée, et que Jésus s’en prend aux
instances religieuses de son époque. Non ! Nous
sommes tous concernés par cet appel à la conversion.
Nous avons tous cette lourde responsabilité à faire
porter des fruits aux dons reçus de Dieu avec
bienveillance vis-à-vis de tous.
Par son esprit toujours à l’œuvre, le Seigneur donne et
redonne à chacun son royaume pour en porter les fruits.
Ne cherchons pas ce royaume ailleurs, au risque de le
chercher là où il n’est pas. Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus nous dit : « Je sens et je comprends bien maintenant que le royaume de Dieu est au-dedans de moi. »
Au début de cette année pastorale, travaillons donc à
l’avènement de ce royaume par une vie de prière et de
charité mutuelle.
Père Georges KWETO KAWANGA

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011