Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 29 Octobre 2017Retour ligne...

Edito du dimanche 29 Octobre 2017Retour ligne...

Edito du dimanche 29 Octobre 2017Retour ligne automatique
SOURCE VIVE.

Les lectures de ce dimanche sont bienvenues à
l’approche de la fête de tous les saints. Car elles nous
disent en quoi consiste la sainteté : aimer comme Dieu
aime. Le double amour — pour Dieu et pour le prochain — se trouve réellement conjoint dans le cœur de
Jésus. Il aime son Père et il nous aime d’un même
mouvement. Son corps livré dans l’Eucharistie est aussi bien livré au Père, à qui il s’en remet totalement pour
vivre, qu’aux hommes qu’il sauve, précisément en se
donnant à eux jusqu’au bout de l’amour.Retour ligne automatique
Alors il nous attirera dans son acte d’offrande : « Mon
commandement, le voici : Aimez-vous les uns les
autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus
grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on
aime. » (Jn 15,12-13).
Si le baptême est à l’origine de notre sainteté, la source
vive à laquelle elle s’alimente est la célébration de
l’Eucharistie chaque dimanche. Certes, il ne suffit pas
de venir à la messe pour que notre vie soit comme
magiquement transformée ! Mais il est certain que pour
un baptisé catholique, ne pas vivre la messe chaque
dimanche empêche de recevoir la grâce nécessaire
pour vivre à l’imitation de Jésus, en allant jusqu’au bout
de l’amour. Notre fidélité à aimer Dieu nous appelle à
nous laisser rassembler, « foule immense, que nul ne peut dénombrer, foule de toutes nations, tribus,Retour ligne automatique
peuples et langues, pour nous tenir debout devant le
Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches,
avec des palmes à la main. Et nous nous écrierons
d’une voix forte : “Le salut appartient à notre Dieu qui
siège sur le Trône et à l’Agneau !” » selon les mots du
livre de l’Apocalypse.Retour ligne automatique
Et si ce vêtement est taché, le sacrement de pénitence
et de réconciliation lui rendra sa blancheur en le blanchissant une nouvelle fois dans le sang de l’Agneau.
Père Emmanuel SCHWAB, curé

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011