Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Bénévolez-vous en 2019 | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 12 Novembre 2017

Edito du dimanche 12 Novembre 2017

Pas assez pour tous ?
Dans cette si belle parabole qui évoque la venue
de l’Époux (le retour du Christ) et un repas de Noces
(le Banquet céleste), nous buttons tous sur le même
détail, l’apparent égoïsme des jeunes filles prévoyantes
(ou encore sensées) qui paraissent particulièrement
dures à l’égard des jeunes filles insouciantes (folles). Et
nous risquons de ne plus entendre Jésus qui nous
invite à être des veilleurs. C’est donc qu’il nous faut
creuser le sens de ce détail...Une lampe à huile sans
huile ne sert plus à grand-chose, et l’attitude de celles
qui partent sans réserve est pour le moins problématique. Il y a de l’insouciance certes, mais c’est même de
l’impréparation, voire de la folie car elles savent bien où
elles vont. Nous-mêmes, nous savons bien que nous
sommes en route vers la Patrie... Jésus dénonce donc
une attitude irresponsable que la remarque des jeunes
filles prévoyantes ne fait que souligner. Elles ne sont
pas coupables de non-assistance à personne en danger, elles ne peuvent pas se substituer à la légèreté
d’attitude de leurs compagnes. Vous n’êtes pas responsables des personnes qui essaient de passer en
force derrière vous parce qu’elles n’ont pas de ticket de
métro, d’ailleurs votre pass’ navigo ne peut servir pour
les deux... Maurice Blondel, grand philosophe français,
nous avertit : "Qui n’a pas voulu quand il pouvait ne
pourra plus quand il voudra". Jésus nous appelle à la
responsabilité. Nous connaissons notre destinée,
soyons donc des veilleurs. Marie Noëlle Thabut propose ce rapprochement avec Jean-Sébastien Bach qui
a traité ce thème dans « Le choral du veilleur » variation sur la parabole des jeunes filles prévoyantes et des
jeunes filles insouciantes ; il commence par un pas de
danse très gai sur un registre un peu haut : vous les
avez reconnues, ce sont les jeunes filles insouciantes ;
puis, plus bas, intervient gravement la musique du cantique Adoro te : ce sont les vierges prévoyantes ; enfin
au pédalier, s’installe un rythme régulier, appuyé, qui
symbolise le temps qui s’écoule.
Père Hervé SOUBIAS

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011