Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 21 janvier 2017

Edito du dimanche 21 janvier 2017

Et alors ?

Si l’on alignait des vies de 60 ans, depuis l’Ascension
de Jésus jusqu’à aujourd’hui, on en compterait 33 !
Tout passe très, très vite. Les premiers chrétiens attendaient un retour imminent du Christ : ils avaient raison. Le temps est limité.
S’agit-il d’une menace ? Non, mais d’un avertissement : si Dieu a fait le don du temps aux hommes, c’est
pour qu’ils fassent le choix de Dieu, dans le temps. À la
fin de ma vie, le choix sera fait, et il m’engagera totalement et définitivement.
Quand Marc nous dit : « Aussitôt, ils le suivirent », il
souligne l’urgence du choix radical que nous avons à
faire. L’évangile nous dit, par ailleurs, que les Apôtres
ont continué à pêcher, jusqu’après la résurrection. Les
différentes barques dans lesquelles Jésus monte n’ont
pas été louées ou empruntées…
Paul ne nous dit pas autre chose. Il faut se marier,
mais le mariage n’est juste que si les époux le vivent
comme une irremplaçable école d’amour divin, inscrite
dans le temps de ce monde, une école de don de soi,
de pardons demandés et reçus, de morts et de résurrection… « Comme si » est invitation à relativiser, pas
à dénigrer.
Paul travaillait et faisait du commerce, mais tout ce qu’il
faisait était ordonné à sa quête du Christ et au salut de
ses frères. Les joies et les peines de la vie sont fugaces, le bonheur d’aimer est éternel.
Faites bien attention, comme le manifeste clairement le
conte de Jonas, nous sommes tous concernés, tous
sans exception, par cet avertissement : le temps est
limité. Tout « quitter » et suivre Jésus est un appel
adressé à tous. Il y a ceux pour qui cet appel est objectivement radical, et qui ont dit « me voici ». Leur oui
leur rappelle, et nous rappelle que le choix de Dieu est
urgent.
Jean Villeminot, diacre permanent

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011