Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
À noter
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 25 mars 2018

Edito du dimanche 25 mars 2018

6 ème dimanche de Carême

Il ne peut pas se sauver lui-même !
« Il en a sauvé d’autres, et il ne peut pas se sauver lui-même ! » s’écrient certains de ceux qui sont au pied de
la croix.
Ils disent vrai !
Jésus ne peut pas se sauver lui-même. C’est même
pour cela que Dieu s’est fait homme : il fallait qu’un
homme se laisse sauver de la mort pour que celle-ci fût
vaincue. La Lettre aux Hébreux nous le dit clairement :
Jésus a offert « des prières et des supplications à Dieu
qui pouvait le sauver de la mort, et il fut exaucé en
raison de sa piété ».
Dieu s’est fait homme pour qu’en cet homme-là notre
humanité accueille le salut, c’est-à-dire la vie plus forte
que la mort. Jésus n’est pas épargné par la mort ; il en
est sauvé. Il n’a pas sauté par-dessus le précipice de la
mort ; il y est entré pour s’en laisser tirer.
D’où notre joie à accueillir le Seigneur en cette fête des
Rameaux. Jésus le Christ entre dans la ville pour y
livrer sa vie, c’est-à-dire pour entrer dans le mystère de
la mort en demeurant totalement uni au Père : « Il s’est
abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort
de la croix, dit la Lettre aux Philippiens. C’est pourquoi
Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de
tout nom ».
Par sa totale communion avec le Père, par son obéissance filiale et amoureuse au Père qui traduit et nourrit
cette communion, Jésus est l’unique qui entre dans la
mort en y introduisant ce lien d’amour vital. Ainsi, DieuTrinité peut-il détruire la mort de l’intérieur.
Il s’agit pour nous désormais de nous laisser unir au
Christ par le baptême et de lui demeurer uni en faisant
comme lui ce qui plaît au Père. C’est pour cela qu’il
nous donne l’Esprit Saint. Puissent ces rameaux que
nous tenons en main nous le rappeler chaque jour.
Père Emmanuel SCHWAB, curé

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011