Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 15 avril 2018

Edito du dimanche 15 avril 2018

« La paix soit avec vous »
Le temps pascal est cette période bénie de l’année au
cours de laquelle nous nous accoutumons à vivre en
communion le Christ ressuscité. Certes, cela doit
perdurer tout au long du temps mais il est dans la
liturgie des « temps favorables » à côté desquels il ne
faut pas passer.
Cette “semaine de semainesˮ nous donne de prendre
conscience que si Jésus n’est pas visible, il n’en
demeure pas moins présent, d’une présence qui ne
cesse de nous surprendre. Les apôtres, les premiers,
ont besoin de le découvrir : ils croient voir un esprit,
sont saisis de frayeur et dans leur joie, n’osent pas y
croire. Si l’Évangéliste avait voulu inventer une légende,
il ne s’y serait pas plus mal pris. Parler de l’incrédulité
des disciples n’a de sens que si cela c’est vraiment
passé ainsi. Quelle est donc la raison de ce doute dans
le cœur des Dix présents dans le cénacle ? C’est qu’ils
n’ont jamais vu un corps ressuscité ! Ils ont eu
l’occasion de voir des corps revivifiés comme celui du
fils de la veuve de Naïm ou bien encore celui de Lazare,
sortant du tombeau. Mais un corps ressuscité, c’est la
première fois, d’où leurs hésitations auxquelles répond
Jésus en mangeant du poisson grillé !
Et nous, croyons-nous vraiment que Jésus est aujourd’hui réellement vivant dans son Corps ? D’où
viennent nos doutes sinon de notre incapacité à imaginer ce que peut bien être un corps glorieux. Deux solutions se présentent à nous : continuer à réfuter cette
vérité de foi parce que notre intelligence est complètement dépassée ou bien faire le saut de la foi qui nous
permet précisément d’accueillir, mystérieusement, la
plus belle des réalités que nous puissions imaginer, en
particulier au moment où nous communions : Jésus est
vraiment là, en nous, et dit à chacun : « La paix soit
avec toi »
Père Hervé Soubias

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011