Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 6 MAI 2018

Edito du dimanche 6 MAI 2018

Ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu,
mais c’est lui qui nous a aimés.
Il nous arrive lorsque nous traversons une période douloureuse, que ce soit en nous-mêmes ou à cause de
ceux qui nous sont proches de nous écrier « qu’est-ce
que j’ai fait au bon Dieu ? »
Aujourd’hui saint Jean nous l’affirme : ce n’est pas
nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés.
La première conclusion qu’on peut en tirer, c’est que le
Père nous aime plus que nous nous aimons nous-même ; le Père aime ceux qui nous sont chers plus que
nous les aimons nous-mêmes. Si cette certitude
n’apaise pas toujours notre douleur, elle nous rappelle
la sollicitude du Père, sa tendresse, cette certitude qu’il
nous donne : oui nous sommes tous appelés à la vie, à
l’amour, au-delà de toute souffrance au-delà de toute
épreuve.
La deuxième conclusion que l’on peut en tirer c’est que
si le Père nous aime plus que nous aimons, alors ce
n’est pas le Père qui est à l’origine du mal et de la souffrance. Ce n’est pas le Père qui a crucifié le Christ, ce
sont les hommes, c’est nous, nous sous l’impulsion du
Prince de ce monde.
Alors nous pouvons mieux comprendre la parole de
Christ « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en
vous, et que votre joie soit parfaite. », cette joie de
contempler le Père dont nous pouvons goûter dès
maintenant quelques échantillons dans la contemplation de la création, dans l’amour d’un être cher, au-delà
de sa souffrance, dans le don de soi-même à la suite
du Christ.
Que le Gloire du ressuscité nous donne joie et espé-
rance au-delà de toutes nos croix.
François Villeminot, diacre

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011