Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du Dimanche 09 septembre 2018

Edito du Dimanche 09 septembre 2018

La vengeance de Dieu

« Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la
revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. »
Quel contraste, et même quelle contradiction entre ces
deux phrases ! Par la bouche d’Isaïe, Dieu annonce
qu’il va venir lui-même, d’accord. Mais est-ce pour une
vengeance, pour nous châtier de notre péché, pour
prendre sa revanche sur nous qui l’avons abandonné ?
Ou est-ce pour nous sauver, pour nous tirer de cet
abîme, de cette tristesse et de cette destruction dans
lesquels nous plongent nos péchés ? Alors, vengeance
ou salut ?
Et si la vengeance de Dieu consistait justement dans le
don du salut ? Le Seigneur ne veut pas prendre une
revanche sur l’homme, il n’en a nul besoin. Vouloir
prendre une revanche, c’est vouloir montrer qu’on est
plus fort que son adversaire. Mais Dieu n’a pas besoin
de montrer qu’il est plus fort que l’homme. Non, le Seigneur veut prendre une revanche sur le mal, montrer
sa puissance invincible sur lui : sa revanche, c’est la
suppression du mal, la suppression de ce qui abîme
l’homme.
Dans l’Evangile de ce dimanche, Jésus manifeste qu’il
accomplit cette annonce, qu’il est ce Dieu qui vient lui-même prendre revanche sur le mal : il supprime le mal
qui abîmait cet homme « sourd qui avait aussi de la
difficulté à parler », il ouvre ses oreilles et délie sa
langue en lui disant : « Effata ! Ouvre-toi ! ».
Sur nous aussi, le jour de notre baptême ou pendant
notre catéchuménat, ces paroles ont été prononcées,
pour nous manifester qu’en chacun de nous le Seigneur veut prendre revanche sur le mal en nous donnant son salut. Le Seigneur a ouvert nos oreilles et
délié notre langue pour que nous puissions écouter sa
Parole et proclamer la foi : la voilà, la vengeance de
Dieu !
Père Louis BARDON, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011