Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Bénévolez-vous en 2019 | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 07 octobre 2018

Edito du dimanche 07 octobre 2018

Edito du dimanche 07 octobre 2018
Le Un et le un

La création de la personne humaine est un don de Dieu.
L’acte créateur consiste en ceci : Dieu donne l’homme à
lui-même si bien que le bénéfice et le bénéficiaire ne font
qu’un.
L’homme est un être-de-don, il est un don, son être est
don.
Parce qu’il est donné à lui-même il est libre, autre que
Dieu, en vis à vis de Dieu.
Voilà pourquoi la personne ne peut devenir, librement,
elle-même, ne peut s’accomplir qu’en se donnant.
La liberté humaine est un appel et une capacité à aimer.
Elle n’est que cela, elle est tout cela. Limitée, l’homme
est une créature, transcendante, l’homme est capable
de Dieu.
Nous comprenons alors que l’altérité sexuelle est une
grâce, un don de Dieu qui suscite la liberté humaine,
dans le vis à vis homme-femme. L’homme est fait pour
la femme et la femme est faite pour l’homme, l’Écriture
le dit abondamment, nous dit le Catéchisme de l’Église.
Et, bien entendu, le seul amour qui puisse accomplir
l’homme et la femme, dans la conjugalité, est un don
mutuel, total, irréversible, ouvert aux autres, et tendu
vers l’Autre qui est la source de cet amour.
Le mystère de l’union conjugale est absolument opaque
pour une société qui prétend se construire sans Dieu,
voire contre Dieu. C’est, je crois, le drame de l’occident.
Comprenons-le bien : si l’homme et la femme ne font
qu’un, s’ils sont, par pure grâce, librement accueillie, une
seule chair, c’est qu’ils ont part immédiatement à la vie
trinitaire elle-même puisque seul Dieu est Un en plusieurs.
« Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni » n’est
pas d’abord une loi morale, mais une question d’être.
Prions avec ferveur pour nos dirigeants ; agissons avec
audace pour défendre la vérité
Jean Villeminot, diacre

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011