Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 3 février 2019

Edito du dimanche 3 février 2019

Mettre le prochain au centre.
Dans son exhortation apostolique « La joie de
l’amour » le pape François nous donne un commentaire du passage de saint Paul que nous lisons ce dimanche en deuxième lecture.
Je note une phrase :
« Celui qui aime, non seulement évite de parler trop de
lui-même, mais en plus parce qu’il est centré sur les
autres, il sait se mettre à sa place sans prétendre être
au centre. »
Le Père demande à Jérémie d’oublier ses propres limites et ses propres faiblesses pour se centrer sur le
Père qui lui donnera la force d’accomplir sa mission ;
les Galiléens sont centrés sur eux-mêmes, ils prétendent tout savoir du Christ parce qu’ils connaissent son
Père ; ils rendent grâce et s’étonnent de ce que dit le
Christ, mais ils ne vont pas au-delà, ils restent au
centre de la relation qu’ils veulent créer avec Jésus et
cela parce qu’ils veulent le voir faire des miracles bien
entendu à leur profit, et cela est impossible parce qu’ils
n’ont pas la foi.
Jésus est un homme trop ordinaire, parce qu’il est venu
sauver des hommes ordinaires. Nous voulons bien
nous mettre à la suite d’un homme extraordinaire, nous
créons volontiers des idoles mais que faisons-nous
avec un homme ordinaire, celui qui est petit aux yeux
des hommes ?
Le Pape nous dit encore que « L’amour nous porte à
un sentiment de valorisation de chaque être humain, en
reconnaissant son droit au bonheur ». Est-ce que nous
savons regarder à travers notre voisin très ordinaire la
figure du Christ, et savons-nous le valoriser ?
Sachons changer notre regard sur l’autre pour lui permettre de grandir, tout en nous enrichissant de ses
richesses.
François VILLEMINOT, diacre

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011