Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
À noter
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 7 avril 2019

Edito du dimanche 7 avril 2019

Grace et vérité

« Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit
d’adultère. Or, Moïse nous a ordonné de lapider ces
femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » C’est un piège particulièrement subtil dans lequel les scribes et les pharisiens
pensent faire tomber le Seigneur Jésus. Par Lui sont
venues ensemble la grâce et la vérité (Jn 1,17). Or s’Il
condamne cette femme coupable, où est la grâce ? Et
s’Il l’épargne, n’est-ce pas au détriment de la vérité, en
contradiction avec la Loi ?
« Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le
premier à lui jeter une pierre », leur répond Jésus. Et
les voilà qu’ils s’en vont un par un… Un par un, ils reconnaissent leur péché. Quel retournement ! Ils étaient
venus en accusateurs. En accusateurs et de la femme
adultère, et de Jésus lui-même. Et ils repartent en
s’accusant eux-mêmes, en ayant l’honnêteté de reconnaître qu’ils ont tous des choses à se faire pardonner.
Jésus les aide à faire la vérité sur eux-mêmes, pour les
pousser à désirer et à accueillir la grâce.
Mais Jésus ne s’arrête pas là. Pour la femme adultère
aussi, il tient ensemble grâce et vérité : « Je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. » Oui,
Jésus lui accorde la grâce du pardon, mais cette grâce
doit conduire à une vie plus vraie, une vie en adéquation avec la vérité de la personne humaine. Le pardon
n’est pas une "machine à laver" qui ne ferait que rendre
la blancheur à notre âme : il est une force qui rend plus
ferme notre volonté pour lutter contre le péché.
Une force capable de transformer radicalement notre
vie, comme l’annonce Isaïe dans la Première lecture :
« Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe dé-
jà, ne la voyez-vous pas ? Oui, je vais faire passer un
chemin dans le désert, des fleuves dans les lieux
arides. »
Père Louis Bardon, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011