Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 30 juin 2019

Edito du dimanche 30 juin 2019

Résolus
Dans une expression étonnante, saint Luc nous dit que
Jésus « durcit sa face pour aller à Jérusalem ». Cette
expression, rendue dans notre traduction liturgique par
« Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem », renvoie directement au livre d’Isaïe : « Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis
pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon
dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui
m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant
les outrages et les crachats. Le Seigneur mon Dieu vient
à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par
les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure
comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. »
(50,5-7). L’évangéliste marque là un tournant dans la vie
du Seigneur. Nous sommes juste après la transfiguration
où Jésus, chez Luc, a parlé avec Moïse et Élie de « son
exode qui devait s’accomplir dans Jérusalem » (9,31).
Jésus assume sa marche vers la croix. Il est résolu,
parce qu’il ne doute pas que le Seigneur Dieu, son Père,
viendra à son secours.
Aussi invite-t-il ses disciples à le suivre eux aussi de
manière résolue, sans attendre, sans assurance, sans
autre attention que celle du Royaume qui n’attend pas.
Saint Paul nous rappelle que « c’est pour que nous
soyons libres que le Christ nous a libérés. » Et il nous
appelle à nous « laisser conduire par l’Esprit ».
Jésus et Paul manifestent la même réalité : confiants
dans le Père qui nous a libérés dans le Christ, animé par
l’Esprit qui suscite en nous la foi, l’espérance et la charité, il nous revient d’assumer résolument notre liberté
pour vivre et aimer en acte et en vérité.
Bon été.
Père Emmanuel Schwab, curé

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011