Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 6 octobre 2019

Edito du dimanche 6 octobre 2019

27e dimanche Pendant l’année
N°6
Mise en œuvre
C’est sûr ! Après tout ce que le Seigneur fait entendre à
ses disciples dans l’Évangile de Luc, et donc après tout
ce que nous entendons depuis un mois, le cri des
apôtres arrive aussi sur nos lèvres : « Augmente en
nous la foi ! »
Et la réponse de Jésus arrive déroutante : « Si vous
aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde,
vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te
planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. » Quel est
donc l’intérêt d’envoyer un arbre se planter dans la
mer ???
Souvenons-nous : les Hébreux ont traversé à pied sec la
mer Rouge où par miséricorde Dieu leur a ouvert un
chemin tandis que les Égyptiens y ont été engloutis.
Depuis cet événement fondateur, la mer, dans les Écritures, est toujours symbole de mort.
Mais quel est-il, cet “arbre que voici” ? Ne peut-on y voir
la Croix de Jésus, que celui-ci nous invite à planter là où
la mort fait son œuvre en nos vies. Au milieu de la tempête des épreuves de notre vie, ne sommes-nous pas
invités à planter la Croix comme un refuge, analogue
aux balises-refuges du Gois de Noirmoutier ?
SI nous entrons par la foi dans ce Mystère de la Croix,
nous verrons la puissance salvifique du Christ se dé-
ployer dans nos vies. Si, en suivant l’exhortation de Paul
à Timothée, nous savons « raviver le don gratuit de
Dieu », ce don qui est en nous depuis la Confirmation, si
nous vivons non pas dans « un esprit de peur » mais
dans « un esprit de force, d’amour et de pondération »,
nous verrons l’œuvre de salut du Christ. Et cette œuvre
dépasse infiniment le peu que nous aurons fait. Alors,
nous pourrons dire sur les conseils de Jésus :
« Nous sommes de simples serviteurs :
Ce que nous devions faire, nous l’avons fait. »
Père Emmanuel Schwab, curé

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011