Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 23 janvier 2011

Edito du dimanche 23 janvier 2011

3ème dimanche du temps ordinaire.

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

L’Eglise nous invite à prier pour l’unité des chrétiens. Pour mieux entrer dans cette
prière, l’ensemble des textes liturgiques de ce dimanche peut nous aider à reconnaître
quelques « lieux » de division qui empêchent une unité chrétienne :
La malhonnêteté pour être bien vu
Nephtali et Zabulon évoquent les rivalités de deux soeurs : Léa et Rachel. Quand elles
ne pouvaient pas faire d’enfant, elles n’hésitaient pas à mettre leurs servantes dans la
couche de leur mari pour assurer à Jacob une descendance en échange de laquelle
chacune espérait acquérir ainsi plus de légitimité aux yeux de Jacob. Nephtali et
Zabulon seront issues de ces liaisons marquées par la jalousie, le mépris, les revanches
et l’inceste (Gn 30). Les divisions naissent ainsi au sein des communautés où
prospèrent la jalousie, le mépris, la roublardise.
La course au leadership
Dans les nouvelles communautés chrétiennes naissantes, les rivalités qui se font jour
sont de plusieurs ordres. Il y a d’un côté des philosophes itinérants qui enseignent des
doctrines contraires à celles des Apôtres. De l’autre côté, les chrétiens eux-mêmes se
divisent : certains se réclament de Paul et d’autres d’Apollos. A un autre moment,
Paul s’oppose à Pierre au sujet de la circoncision des païens. Et du temps du Christ,
les Apôtres eux-mêmes se disputaient pour savoir qui était le plus grand.
La peur de mourir à soi
En réalité, ce qui est à l’origine des machinations des deux femmes de Jacob, c’est le
désir d’être reconnue par leur mari. Et ce désir de reconnaissance se transforme peu à
peu en une certaine « peur de mourir ». Chacune d’entre elle se dit « Si je ne suis pas
celle qui donne la descendance à Jacob, quelle estime aurai-je à ses yeux ? Ne finira-til
pas par me le reprocher ? » Toutes ces inquiétudes qui divisaient le coeur des
femmes de Jacob étaient légitimes. Tout comme étaient légitimes les disputes des
Apôtres et des premiers chrétiens. Mais le chant du psalmiste enseigne comment on
fait sortir le coeur de l’homme des divisions et des rivalités meurtrières : « Ma lumière
et mon salut, c’est le Seigneur, de qui aurais-je crainte ? […] J’ai demandé une chose
au Seigneur : habiter sa maison ». L’unité chrétienne consisterait ainsi à vaincre par
la prière les germes de divisions qui s’éveillent dans nos coeurs.

Père Jean-Bosco Edzang, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011