Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « édito FIP janvier 2011

édito FIP janvier 2011

Il n’écrasera pas le roseau froissé
Voici l’image du Sauveur que nous présente Isaïe. Un Christ qui se retient, qui ne hausse pas le ton mais qui cependant fait paraître le jugement de Dieu.
C’est un Fils ’non-violent’ que nous sommes appelés à suivre.
Mais, par notre baptême, nous avons revêtu un Christ agissant profondément dans le monde.
Jésus de Nazareth n’est pas un leader révolutionnaire, on n’entend pas sa voix sur la place publique. Il n’est pas un réformateur visionnaire, il apporte la conversion du coeur. Il ne prend pas la tête d’un mouvement, il se rend présent à chacun. Il est attentif à nos faiblesses.
La Foi chrétienne ne fait pas de nous des activistes, elle nous rend sensible à la présence du Christ. Elle nous pousse à être présents aux autres.
Laissons-nous instruire par l’amour des parents des très jeunes enfants, aujourd’hui rassemblés pour présenter les baptisés de l’année. Leur amour n’est certainement pas inactif. Mais ils n’aiment pas en vertu de leurs actes. Ils sont d’abord présents, disponibles. Ils sont attentifs à la faiblesse du nouveau né. Cette faiblesse les oriente plus que leur propre désir. Ils savent que leur amour ne peut pas être la projection de leur volonté, de leurs rêves ou de leurs frustrations sur cet enfant qui leur est confié. Ils ne peuvent écraser le roseau fragile. Ils en protègent l’épanouissement.
C’est par notre attention à nos frères humains que nous pourrons rencontrer le Christ dans nos vies. C’est par la rencontre du Christ que nous reconnaitrons l’humanité de nos frères et que s’épanouira notre propre humanité.
Étienne Maître, diacre

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011