Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
À noter
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 13 mars 2011

Edito du dimanche 13 mars 2011

1er dimanche de carême

TENTATIONS DU CHRIST,
TENTATIONS DES HOMMES

On est parfois porté à croire que les
tentations de Jésus au désert sont très
différentes de celles par lesquelles nous
sommes éprouvés. Et, pourtant, ces trois
moments résument toutes nos tentations.
Examinons-les de près :

1e tentation (sécurité) : le diable invite Jésus
à transformer les pierres en pain. C’est
comme s’il lui disait : cher Jésus, ton Père
t’a abandonné (…si tu es fils de Dieu…) et
tu pourrais mourir de faim : assure-toi de ne
courir aucun risque ! C’est la même tentation
que nous avons lorsque nous donnons trop
d’importance à l’argent ou à la réussite.
Dans le travail, mais aussi dans les études.
Et à d’autres sécurités plus subtiles : notre
bonté, justice, culture présumées, l’estime
qu’on peut en recevoir… ! Ces besoins,
quand ils sont exacerbés, on les utilise
comme des boucliers contre la moindre
petite souffrance ou même difficulté qui
pourraient nous déranger. Mais… c’est
comme dans les jeux vidéo : même si on en
neutralise une, il y en a dix autres qui
viennent nous frapper !
2e tentation (fuir les difficultés) : le diable
amène Jésus au sommet du temple, et il lui
propose de se jeter dans le vide. Pour qu’il se
suicide ? Non, mais pour démontrer, en
atterrissant tout doucement sur l’esplanade
du temple, qu’il est bien le fils de Dieu
(…si tu es fils de Dieu…). Comme cela, tout
le monde le reconnaîtra, et il n’aura pas
besoin de mourir sur la croix (ouf… !). C’est
la tentation de la fuite de la souffrance ou
de la difficulté. Mais, en faisant ainsi, il ne
détruira pas la mort en donnant le pardon.
Cette même tentation, pour nous, intervient
lorsque nos sécurités tombent (1e tentation),
et on se retrouve face à une quelconque
difficulté. Par exemple, dans le mariage,
lorsque l’autre n’est plus comme il était
avant, mais commence à nous faire souffrir,
on choisit souvent la voie de la fuite par le
divorce. Mais le problème n’est pas résolu !
La peur de l’autre reste, et si on entame, par
la suite une autre relation, dès que le même
problème se représentera, cette peur ne
tardera pas à réapparaître, et nous poussera
encore à prendre la fuite. En nous empêchant
de bénéficier de ce que ces mêmes difficultés
peuvent nous apporter : voir nos problèmes
et péchés qui peuvent les avoir causées, et en
demander pardon. En fin des comptes, c’est
le but du carême, et de la vie : devenir
adultes !
3e tentation (les faux dieux) Satan promet à
Jésus la richesse et le pouvoir, s’Il accepte de
l’adorer. C’est la tentation des faux dieux :
richesse, pouvoir et sexe. Ils se font passer
par la voie de sortie de la souffrance. On y
recourt lorsqu’on écoute Satan, littéralement
l’accusateur : celui qui accuse Dieu à nos
yeux dans les moments de souffrance et de
difficulté (2e tentation) en nous « suggérant »
qu’il ne nous aime pas, parce qu’il ne nous
donne pas la vie qu’on mérite. Son but est de
nous séparer de Lui (diable = séparateur),
en nous proposant, comme compensation,
de puiser l’amour plutôt du côté des hommes
et des femmes : et richesse, pouvoir et sexe
seront des moyens très efficaces pour se
donner l’illusion d’avoir l’amour des autres.
Et, pour l’avoir, tout sera permis : c’est la
guerre ! Mais la guerre, elle, ne fait que des
morts !

Père Giuseppe Franco, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011