Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Bénévolez-vous en 2019 | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du 2ème dimanche de Pâques

Edito du 2ème dimanche de Pâques

Miséricorde


En ce deuxième dimanche de Pâque,
nous sommes dans la joie !
Benoit XVI béatifie aujourd’hui celui qui
décida que ce dimanche serait, pour
l’Eglise universelle, celui de la miséricorde.

Mais, à propos, qu’est-ce que la
miséricorde, omniprésente dans
l’Ecriture ?
Dans sa deuxième encyclique,
Jean-Paul II écrit : La manière dont
l’amour se manifeste et son domaine sont,
dans le langage biblique, appelés :
« miséricorde ».
(JP II, La miséricorde divine)

C’est la fidélité du Père, qui est à
l’origine de sa miséricorde.
Lui qui « ne change pas » dans son amour
pour chacune de ses créatures, si bien que
la miséricorde est le contenu de l’intimité
de chacun de nous avec le Seigneur, le
contenu de notre dialogue avec lui » (JP II)

A notre monde, qui met l’accent sur la
justice, Jean-Paul II rappelle, dans son
encyclique : L’amour est la condition de
la justice mais, en définitive, la justice est
au service de la charité…La dimension
divine de la rédemption ne se réalise pas
seulement dans le fait de faire justice du
péché, mais dans celui de rendre à
l’amour la force créatrice grâce à
laquelle l’homme a de nouveau accès à la
plénitude de vie et de sainteté qui vient de
Dieu.(JP II)

La miséricorde est, par conséquent, la loi
évangélique par excellence :
Soyez miséricordieux, comme votre Père
est miséricordieux. Heureux les
miséricordieux, ils obtiendront
miséricorde !
Le jugement est sans miséricorde pour
celui qui n’a pas fait miséricorde, mais la
miséricorde se moque du jugement.
Comment se manifeste la miséricorde ?
De trois façons, dont il faudrait avoir le
temps de montrer l’articulation.
La tendresse tout d’abord. Une tendresse
qui est l’expression d’un amour qui est
don de soi ; une tendresse qui s’exprime
dans les actes les plus simples.
La tendresse !

La compassion ensuite. Une compassion
qui ne consiste pas à prétendre résoudre
la souffrance de celui à qui on fait
miséricorde, mais qui consiste à
s’approcher de celui qui souffre, tout
simplement parce qu’il souffre.
Le pardon enfin, donné à celui qui,
ayant offensé, commence à se voir lui-même
et à voir ses actions en toute vérité.
Pardon donné pour qu’il retrouve sa
dignité d’homme, qu’il soit en quelque
sorte recréé.

On comprend alors que la miséricorde
n’est pas, comme beaucoup le pensent
hélas, un rapport d’inégalité entre celui
qui l’offre et celui qui la reçoit.
Le fondement de la miséricorde c’est le
bien de l’homme, bien commun de celui
qui la donne et de celui qui la reçoit.

Dimanche prochain, beaucoup d’entre
nous vivront le pèlerinage des familles.
C’est en famille, en tout premier lieu,
que l’on comprend ce qu’est la
miséricorde, que l’on apprend à vivre la
miséricorde. Nous prierons pour que la
fidélité soit au coeur de la vie de chacun
des membres de nos familles, et qu’elle
s’exprime dans la tendresse, la
compassion et le pardon.

Jean Villeminot, diacre permanent.

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011