Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Bénévolez-vous en 2019 | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du 13 mai 2012

Edito du 13 mai 2012

Augustin d’Hippone, né dans le municipe de Thagaste, actuelle Souk-Ahras en
Algérie, grand saint Docteur de l’Eglise et merveilleux pédagogue, distingue trois
degrés dans l’acte d’aimer. Premier degré : aimer être aimé. Deuxième degré :
aimer aimer. Troisième degré : aimer.

Premier degré, le plus bas, ce qui ne veut pas dire le plus vil : aimer être aimé.
Qui n’aimerait pas cela ? Il faudrait être bien gros menteur pour prétendre
le contraire. On en est tous là.

Deuxième degré : aimer aimer. Prendre du plaisir à aimer les autres. On se quitte
un peu soi-même. On est généreux. On est altruiste. Mon Dieu, que cela est bien
et bon de faire sa b.a, de se dévouer, parfois d’aller jusqu’à jouer au pélican qui se
laisse dévorer … Mais attention, tout excès dans ce domaine est peut-être une
forme mégalomane d’amour de soi, comme l’a dit Nietzsche pour se moquer de
l’amour du prochain : ‘Comment l’aigle n’aimerait-il pas l’agneau, à la chair si
délectable ?’

Alors troisième degré : aimer. Aimer tout court. Aimer l’autre pour lui-même.
Pas pour lui faire du bien. Pas pour faire grandir ma vertu. Non, car finalement on
n’aime pas ‘pour’… On aime. C’est tout. C’est le sommet de la gratuité.
Aimer, c’est être simplement joyeux que l’autre existe. C’est l’amour libéré du moi
qui, rappelons-le, ‘est haïssable’. C’est l’amour libéré du manque, car pour
quelqu’un comme Platon ‘ce qu’on n’a pas, ce qu’on n’est pas, ce dont on manque,
voilà les objets du désir et de l’amour’.
C ’ est la Philia. Les premiers chrétiens, quand il fallut traduire en grec le message
du Christ, l’ont appelé Agapè. Vertu théologale, dans leur langage, parce qu’elle a
Dieu pour objet ou pour principe. C’est dire qu’elle nous dépasse. C’est l’amour du
prochain, celui ou celle qui est là, quel qu’il/elle soit et quoi qu’il/elle fasse. C’est
l’amour libéré de l’ego, comme une amitié sans frontière, sans rivage, sans limite.
S ’ il fallait un mot pour résumer tout l’Evangile, c’est bien celui-ci : Agapè !

Père Trân Ng-c Anh, CSsR
Rédemptoriste

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011