Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| 2020, année Sainte Geneviève | COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 3 juin 2012

Edito du dimanche 3 juin 2012

1ères communions

_ Plusieurs jeunes de notre paroisse font leur
Première Communion aujourd’hui
.
Une étape
spirituelle préparée avec joie et qui suscite en
même temps, chez eux, beaucoup de
questions de débutants et des curiosités
d’enfants.
Qu’ils trouvent ici une aide pour
bien vivre leur « communion » au Christ.
1ère étape : des questions de débutant
Comment communier ? Par la main ou dans
la bouche ?

a) Le geste le plus ancien est la communion
par la main : on présente sa main gauche
(signe de féminité qui accueille la vie comme
Marie), comme un trône, pour recevoir
l’hostie qui doit être immédiatement mise
dans la bouche par la main droite (signe de la
force qui protège et rend service comme saint
Joseph) ;
b) Tardivement, l’Eglise a autorisé de
communier à la bouche à la fois pour
exprimer l’attitude humble de ceux qui se
sentent indignes de toucher le Saint Corps de
Jésus, et pour traduire la soif d’une âme qui
attend d’être nourrie comme un moineau par
sa mère.
Faut-il mâcher ?
a)L’expression biblique « mangez mon
corps » se traduit aussi par « croquez mon
corps ». On peut donc « croquer » l’hostie
mais en faisant attention à ne pas ouvrir la
bouche pendant la mastication.
b) Cependant la mastication n’est pas
nécessaire, on peut aussi laisser l’hostie
fondre dans la bouche. Pendant que l’hostie
fond dans la bouche, on peut profiter de ce
temps pour parler à Jésus dans le secret du
coeur.
Ça a quel goût ?
a) L’hostie a le goût de la mie de pain en
souvenir du pain que Jésus partagea à ses
amis ;b) Mais il ne faut pas s’attarder sur le
goût de l’hostie mais plutôt penser à la
rencontre physique, un moment d’étreinte qui
nous plonge dans les bras de Jésus à travers
l’hostie.
2ème étape : le dialogue intérieur après la
communion

Faire l’expérience des compagnons
d’Emmaüs : le moment de la communion est
le somment de notre rencontre avec Jésus.
Comme dans une rencontre habituelle, on
essaie garder en mémoire une Parole de
l’Evangile qui nous interpelle. Dire à Jésus ce
qu’on ressent à l’écho de sa Parole comme les
compagnons d’Emmaüs avaient ressenti une
chaleur dans le coeur.
Faire l’expérience des convives des noces de
Cana : Ce jour-là, ils n’avaient plus de vin et
ils ont vu Marie intercéder auprès de Jésus et
obtenir de lui un vin de grande jouissance.
Nous aussi, nous venons à la messe comme
des convives de Cana rendus tristes par les
manques de la vie. A la messe je peux
compter sur la force d’intercession de Marie
pour m’obtenir les grâces auprès de son Fils
Jésus.
3ème étape : qu’est-ce qui va changer dans
ma vie après la Première Communion
 ?
Recevoir la communion c’est recevoir le
Christ sous la forme d’un morceau de pain.
L’hostie reçue à la messe est désormais l’aide
de Dieu qui m’accompagne tout au long de
ma vie.
Puisque la Messe se termine par cet envoi :
« Allez dans la paix du Christ », alors toi
aussi, vas, sacrifie-toi et sois heureux du bien
que tu as fait, ne crains rien car Dieu est ton
soutien.

Père Jean-Bosco EDZANG, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011