Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| Bénévolez-vous en 2019 | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 30 septembre 2012

Edito du dimanche 30 septembre 2012

On ira tous au paradis ?
Un homme, pendant toute sa vie, n’avait nullement pensé à son salut, mais seulement à se divertir et à amasser du bien. Étant près de mourir, il reconnut bien son aveuglement.

Il recommanda que l’on mît sur sa tombe : « Ici repose l’insensé qui est sorti de ce monde sans savoir pourquoi le Bon Dieu l’y avait mis. » Quelle époque épique ! Alors que certains nient la nécessité du salut, d’autres refusent de reconnaître l’ordre de la création. Non à la création et non au salut !

Quelle est donc la finalité de notre existence terrestre ? Dans l’Évangile de ce dimanche, Jésus nous rappelle la réalité des fins dernières et nous demande d’ordonner notre vie en vue du bonheur éternel qu’Il nous promet.

Rappelons la foi de l’Église : chaque homme reçoit dans son âme immortelle sa rétribution éternelle dès sa mort en un jugement particulier qui réfère sa vie au Christ, soit à travers une purification, soit pour entrer immédiatement dans la béatitude du Ciel, soit pour se damner immédiatement pour toujours (Catéchisme, § 1022).

La réflexion sur les fins dernières ne constitue pas une régression vers une prétendue pastorale de la peur. Il s’agit simplement de redécouvrir la véritable liberté de l’homme, capable d’accueillir ou de refuser la miséricorde divine, ainsi que l’illustre le portail du Jugement de Notre Dame de Paris.
[[Regardez les mains, les pieds et les yeux de ceux qui se dirigent vers l’enfer. Si ta main ou ton pied ou ton oeil t’entraîne au péché, coupe-le.

Les damnés tiennent eux-mêmes la chaîne et se tiennent entre eux. La main peut symboliser l’avoir : en quelles richesses mettons-nous notre confiance ? (Lc 12, 21) Ils se dirigent vers leur perte.
Le pied peut symboliser le pouvoir : l’exerçons-nous pour être servi ou pour servir ? (Mc 10, 45) Ils détournent leur regard du Christ. L’oeil peut symboliser l’intention : recherchons-nous à imiter le Christ en toutes choses ? (Jn 13, 1)

En cette année de la foi, demandons au Seigneur la grâce de témoigner avec courage de l’Évangile, force de Dieu pour notre salut.

Père Mathias Sütterlin, vicaire

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011