Paroisse Saint-Léon (Paris 15e)
| COUP DE MAIN A LA PAROISSE ! | Accueil | Contacts | A votre écoute | Horaires | le journal | images |
Le site d’évangélisation ALETEIA vous propose d’apporter une réponse éclairée sur la foi chrétienne, des sujets de société,...

Suivez le pape François sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Écoutez Radio Notre Dame
Paroisse Saint-Léon
1 place du Cardinal Amette
75015 PARIS
Tél : 01 53 69 60 10
Fax : 01 53 69 60 11
Dans la même rubrique

Agenda

««  2019  »»
««  Août  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Accueil « archives « Edito du dimanche 11 décembre 2016

Edito du dimanche 11 décembre 2016

La présence de celui qui doit venir !

Dans l’une des oraisons de l’Avent que le prêtre
prononce au début de la messe, on trouve cette
formule pour le moins étonnante : « Que la présence
au milieu de nous de celui qui doit venir, nous
redonne courage… ».
Ainsi donc celui que nous attendons est déjà parmi
nous et frappe à nos portes. La paix nous a été
donnée par Dieu, la justice aussi, et même la
nourriture pour rassasier toute l’humanité.
Qu’attendons-nous donc ?
Eh bien nous attendons de prendre ! Parce que,
quand bien même Dieu fait à l’homme le don
précieux de sa grâce, il le laisse libre de l’accueillir
ou de refuser. C’est un des grands mystères du Dieu
amour. Le Christ nous encourage à saisir les
moyens de Salut que le Père nous propose. Lui, le
vrai pain de vie, invitait ainsi ses disciples : « Prenez
et mangez ».
Le Messie est venu il y a plus de 2000 ans. Pourtant
nous entendons encore des gens soupirer autour de
nous, leur manque de paix, de justice, de nourriture.
Prenons la main que Dieu nous tend !
Au cours de la messe, le prêtre invite parfois à
donner le signe de paix. Il ne s’agit pas de se saluer,
mais de transmettre la vraie paix qui nous vient de
l’autel c’est-à-dire de Dieu. Il nous faut donc d’abord
la saisir, la recevoir. C’est comme le nouveau-né qui
nous est présenté, que nous prenons et serrons
dans nos bras, avant de le passer au voisin.
Père Joseph DEMBÉLÉ

 

Paroisse Saint-Léon à Paris - 2011